Autodesk FORMA et le City Information Modeling (CIM)

13 décembre 2023Autodesk

Partager

construction-office-hansen-yuncken-044.jpg

Autodesk FORMA et le City Information Modeling (CIM)

La modélisation des informations de la ville est en cours de développement en France et dans le monde. Pour comprendre de quoi il s’agit, nous allons utiliser la définition du CIM donné par le Lab51, incubateur de projets urbains porté par le Ministère de la Transition Ecologique et de la Cohésion des Territoires.

Définition : Le CIM est un processus collaboratif multi-acteurs basé sur la modélisation numérique de tout ou partie d’un territoire en opérant une sélection de données adaptées et dynamique dans le temps.

Le CIM emporte donc une collaboration plus large que le BIM, qui s’arrête à l’aspect bâtimentaire, rassemblant maîtres d’œuvre, maîtres d’ouvrage, collectivités, entreprises du BTP et même de sociétés de logiciels. C’est dans cette partie que le logiciel Autodesk FORMA se transforme en une option intéressante.

La diversité des participants dans un projet CIM et des outils métiers intégrés dans cette démarche génèrent un volume de données très important. Avoir une plateforme pour gérer ces informations devient par conséquent crucial.

Autodesk Forma apparaît alors comme un outil permettant d’avancer dans le processus de modélisation des informations de la ville.

Astuces de Forma :

– Rendre la collaboration possible sur la plateforme

– Interopérabilité des outils et logiciels

– Gouvernance des données

– Aide à la prise de décision dans la conception de villes.

Etat de l’art du CIM en France

Le BIM et le CIM en France ne sont pas des méthodologies de travail obligatoires, comme dans certains pays, notamment l’Angleterre et les Etats-Unis. Néanmoins, certaines villes et métropoles, comme c’est le cas de Paris, Marne-La-Valle, Lille, Bordeaux et Toulouse, ont développé des projets en utilisant cette méthodologie pour l’aménagement de l’espace.

Malheureusement l’impulsion de ces méthodologies en France dépend de son caractère non obligatoire, et il existe encore beaucoup de réticences : cela fait des années que la France se trouve « en cours de réflexion » autour de ces sujets…

Bleu : Obligation d’avoir recours au BIM pour les nouveaux projets de construction.

Chili, Brésil, Etats-Unis, Finlande, Norvège, Danemark, Royaume-Uni, Allemagne, Lettonie, Kazakhstan, Emirats Arabes Unis, Japon, Corée du Sud, Vietnam et Australie.

Vert : En cours de réflexion.

 Argentine, Uruguay, Pérou, Colombie, Mexique, Espagne, France, Italie, République Tchèque, Chine, Indonésie, Singapour et Nouvelle Zélande.

Plusieurs freins existent quant à la mise en place de la démarche CIM. Nous pouvons les regrouper en trois catégories : technique, organisationnelle et définitionnelle.

Du point de vue technique, nous faisons face à un manque de normes communes et de standards d’échange pour créer un format qui soit utilisable pour tous.

Du point de vue organisationnel et définitionnel car il n’y a pas de clarté sur les missions BIM/CIM et sur les postes qui ont été créés autour, comme les modeleurs, coordinateurs et BIM/CIM managers.

Tout cela est également dû au manque de formation.

Heureusement, il existera toujours de gens désireux d’aller de l’avant, des visionnaires, comme beaucoup d’entre nous, qui ont décidé d’adopter les dernières technologies appliquées à la ville et aux bâtiments.

La formation

Se former au nouvelles technologies et méthodologies de travail sera toujours un atout. Chez Graitec nous avons une large offre de formations dispensées par des professionnels du métier.

Nous observons aujourd’hui une bonne dynamique pour promouvoir le CIM et l’implémenter de plus en plus au sein des projets.

Autodesk Forma est une plateforme facile à utiliser, qui permet de mettre en place la méthodologie du CIM.

Utilisée en phase esquisse ou de faisabilité, elle nous permet d’avoir une vision claire sur plusieurs types de propositions, basées sur des études (vent, acoustique, ensoleillements, etc.) et nous aide à la prise de décision.

Les modèles numériques des villes sont des actifs numériques d’une très grande valeur, car ils seront demain les jumeaux numériques de nos villes. Il faut aujourd’hui en prendre conscience.